globe

Quels sont les travaux d'amélioration thermique à réaliser en priorité ?

Réaliser un bilan énergétique de votre logement vous permettra de repérer les sources de déperdition thermiques et de prioriser ainsi les pièces à rénover. Chaque construction a, en effet, ses faiblesses qu’il faudra consolider en fonction de la fuite de chaleur que chacune représente.

Vous envisagez de réaliser des travaux d’isolation thermique mais vous ne savez pas par où commencer ?

Entreprendre des travaux d’isolation thermique est d’ailleurs l’occasion de faire des économies sur ses factures d’énergie, notamment pour une maison énergivore, tout en améliorant son confort. Le coût de toutes rénovations à apporter vous oblige sans doute à répartir les travaux dans le temps et donc à prioriser les différents ouvrages.

Pourquoi réaliser un audit énergétique de votre logement ?

Recourir à un expert pour réaliser un audit énergétique de votre domicile est la solution la plus efficace pour optimiser le temps des travaux et leurs effets. Voici pourquoi :

Quels sont les travaux d’isolation thermique les plus performants ?

Il est possible cependant de classer les travaux d’isolation thermique les plus performants en constatant les différentes fuites de chaleur dans une maison non isolée. CI-dessous, un tableau indicatif.

Zones de pertes de chaleur dans une maison

0 %
Combles et toitures
0 %
Murs
0 %
Fenêtres et portes
0 %
Planchers

Les travaux d’isolation des combles et des toitures

Dans une maison où aucun travaux d’isolation thermique n’a été entrepris, 30 % de la chaleur environ s’échappe par la toiture. Cela classe les combles et toitures en tête des travaux d’isolation thermique à effectuer lors d’un projet de rénovation énergétique. La technique d’isolation à réaliser sur sa toiture dépend du type de combles de la maison. Si ce sont des combles perdus, donc non utilisés, l’isolation peut être réalisée directement sur le plancher haut, au-dessus du plafond.

Dans le cas où les combles sont aménagés, l’isolation est intégrée à la charpente. Les performances thermiques qu’il est possible d’atteindre dans les deux cas sont très bonnes. L’isolant peut, en effet, être plus épais que dans d’autres pièces.

L’isolation des murs

Deuxième zone de déperdition thermique, les murs laissent échapper 25 % de la chaleur d’un logement. L’isolation des murs par l’intérieur est le procédé le plus répandu en France, malgré le fait qu’il ne soit pas très efficace contre les ponts thermiques, qu’il diminue la surface habitable et qu’il présente des risques liés à la condensation. Cependant, ces travaux d’isolation thermique sont assez rapides à effectuer et affichent des prix accessibles. Cette technique consiste à installer un isolant et une finition du côté intérieur des murs.

L’isolation des murs par l’extérieur consiste, quant à elle, à fixer l’isolant thermique sur la face extérieure du mur. Puisque la surface intérieure n’est pas réduite par l’application de la matière isolante, le choix est plus grand, ce qui améliore ses performances. Ces travaux d’isolation thermique sont à privilégier dans le cadre d’une rénovation, notamment lorsque la maison est finie et décorée.

Le remplacement des surfaces vitrées et menuiseries

Aussi, 13 % de la chaleur d’une maison s’échappe par les surfaces vitrées. Les simples vitrages présentent une performance thermique très faible. Les changer pour du double ou du triple vitrage est prioritaire lors d’une rénovation énergétique. Outre les surfaces vitrées, le choix des menuiseries qui entourent les fenêtres est également à soigner. Effectivement, les performances globales d’une ouverture sur l’extérieur dépend aussi des châssis, notamment ceux sur lesquels les vitres reposent. Eux aussi, doivent être isolants, d’une bonne qualité, étanches à l’air et à l’humidité.

L'isolation des sols

Le plancher représente 7 % des déperditions thermiques. L’isolation des planchers est, de ce fait, envisagée plus fréquemment lors de rénovations lourdes ou de constructions neuves. S’il est possible d’isoler un plancher déjà existant, les performances sont toutefois modérées. La technique choisie dépendra du type de sol : plancher sur terre-plein, sur vide sanitaire ou sur sous-sol non chauffé. Notez que les planchers intermédiaires, situés entre deux étages habités, ne sont pas à isoler.

Attention à la formation de ponts thermiques

Enfin, la qualité de l’isolation effectuée est primordiale. En effet, une mauvaise isolation peut créer des ponts thermiques, des points faibles qui entraînent des déperditions de chaleur et affaiblissent ainsi vos performances. Réaliser un diagnostic à la caméra thermique est donc indispensable avant d’entreprendre tout travaux d’isolation. Cela permet de repérer les déperditions de chaleur en amont afin de soigner la qualité de l’isolation effectuée.

personnage montgolfiere
Poursuivez votre lecture :