innovation écologique

Logement énergivore : définition, caractéristiques et solutions

Un logement énergivore, aussi appelé passoire thermique, consomme beaucoup plus d’énergie qu’elle ne le devrait. Le diagnostic de performance énergétique (DPE) classe l’état énergétique des logements de A à G. Les logements sont considérés comme énergivores de G jusqu’à E, soit de plus de 450 kWh/m²/ an  jusqu’à 330 kWh/m²/ an.

Selon les dernières estimations du gouvernement, il existe près de 4,8 millions de passoires thermiques en France. C’est 17 % du parc des logements qui sont donc qualifiés d’énergivores. Mais qu’est-ce qu’une maison énergivore au juste ?

Quels critères permettent de reconnaître une maison énergivore ?

Vous avez un doute quant à la qualification de votre habitation comme maison énergivore ? Voici quelques indices qui peuvent indiquer que votre logement est une passoire thermique :

Réaliser un Diagnostic de Performance Énergétique (DPE), seule indication fiable d’un logement énergivore

Si tous ces signes sont réunis, il est alors préférable de réaliser un Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) afin de confirmer que son logement est une passoire thermique et d’obtenir un plan d’action précis pour y remédier. Réalisé par un professionnel, le DPE fournit une estimation de la consommation énergétique de votre maison, le coût moyen que cela engendre et l’impact de cet audit sur les émissions de gaz à effet de serre du logement, mais pas seulement.

Quelques chiffres sur la maison énergivore
0 millions
de maisons énergivores en France
0 %
du parc de logement est énergivore
0 kWh/m²
d'énergie primaire en moyenne consommée par an

Le DPE situe aussi l’état énergétique de votre habitation sur l’étiquette énergie. Elle comprend deux classements de A, pour les maisons les plus performantes à G, pour les plus énergivores. La première classification calcule la consommation énergétique en kWh/m²/an et la seconde les émissions de gaz à effet de serre en kg eq CO2/m²/an. Une maison énergivore se situe sur les catégories G à E. Les logements les plus performants, tels que la maison bioclimatique, la maison BBC ou la maison passive, se situent au contraire dans les catégories A à C.

Aussi, le prestataire doit indiquer des gestes quotidiens qui vous aideront à limiter vos dépenses en énergie. Par exemple, en expliquant quelle est la température idéale dans chaque pièce de la maison. Cela répondra en partie à la question que chaque propriétaire ou locataire d’une maison énergivore se pose : comment baisser ma facture mensuelle de chauffage ?

Notez que le DPE est valable pendant une période de dix ans et qu’il coûte en moyenne entre 100 et 250 €.

Emissions de gaz à effets de serre (GES) selon la classe du DPE, au kg de CO2/m² par an
DPE A
6
DPE B
11
DPE C
30
DPE D
50
DPE E
70
DPE F
100
DPE G
> 100

Mon logement est une maison énergivore, comment y remédier ?

Suite au diagnostic effectué, votre maison est officiellement déclarée comme énergivore ? Pas d’inquiétude, des solutions existent !

Les aides pour inciter à la rénovation énergétique

Le problème récurrent des propriétaires de logements énergivores est bien le financement des travaux. Car pour sortir d’une classe énergivore du DPE, le coût des travaux à avancer reste très élevé. Même si il s’agit dans le temps d’un investissement rentable du fait des économies d’énergies réalisées, il faut souvent plusieurs années à minima pour s’y retrouver financièrement. Également, les passoires thermiques vont généralement de pair avec la précarité. Pour les ménages en situation difficile, c’est donc une double peine, avec un coût financier très conséquent à assumer par rapport à leurs revenus. Actuellement, le coût moyen d’une rénovation énergétique dans une maison se situe entre 200 et 450 € le mètre carré.

C’est ce fameux reste à charge que le gouvernement veut réduire au maximum à travers plusieurs dispositifs d’aides à la rénovation énergétique. En 2023, la prime énergie évolue pour s’adapter et massifier la rénovation énergétique des particuliers. MaPrimeRénov’ devient le principal dispositif à destination des ménages. D’un montant forfaitaire selon le type de travaux, il est soumis à des conditions de ressources et peut financer des opérations de rénovation énergétique jusqu’à 70% pour les revenus les plus modestes. En outre, ce dispositif se cumule avec d’autres aides, telles que la prime CEE ou l’éco-PTZ, de quoi réduire significativement le coût des travaux.

Le coût moyen d'une rénovation énergétique dans un logement énergivore se situe entre 200 et 450 € le mètre carré.

Rentrons à présent dans le détail des travaux à réaliser pour améliorer l’efficacité énergétique de son logement.

La liste des travaux à réaliser sur un logement énergivore

Réaliser une rénovation globale

Pourquoi faire une rénovation globale de son logement énergivore ? La rénovation globale permet d’améliorer les performances énergétiques d’une habitation en réalisant tous les travaux en une seule fois. Il s’agit d’une solution très efficace puisque l’ensemble des ponts thermiques sont traités en même temps ! Le gain en performances est immédiat.

Entreprendre des travaux d’isolation

Le DPE a pointé le doigt sur de nombreux ponts thermiques provoqués par une mauvaise isolation ? Ce sont des faiblesses dans la construction d’une maison ou un manque d’isolation de certains matériaux qui provoquent une entrée d’air. Mais comment supprimer les ponts thermiques dans sa maison ?

Avant tout, il convient de les identifier pour connaître leur nombre et leur emplacement exact. Une fois ces informations réunies deux choix s’offrent à vous : s’ils sont peu nombreux, les traiter séparément en réduisant le passage de l’air semble la solution la plus adaptée. Au contraire, si les ponts thermiques sont trop nombreux, une rénovation globale est plus adéquate. 

Isoler sa maison énergivore pas à pas

Le budget d’un ménage ne permet pas forcément de réaliser l’ensemble des travaux d’isolation en une seule fois. Il est tout à fait possible d’isoler sa maison au fur et à mesure si l’on sait quels sont les travaux d’amélioration thermique à réaliser en priorité. Toiture, murs, vitrages, planchers… Tout dépendra de la localisation des ponts thermiques identifiés.

Lors des travaux d’isolation, veillez à ne pas oublier celle des ouvertures ! Pourquoi changer ses portes et fenêtres ? La réponse est simple : les ponts thermiques sont généralement situés entre un mur et une menuiserie de mauvaise qualité. Le choix de vitres double ou triple vitrage est, de même, un prérequis pour transformer sa maison énergivore.

Améliorer les performances de son système de chauffage

Une fois la maison bien isolée, il est temps de s’intéresser à la performance de son système de chauffage. Lui aussi joue un rôle primordial dans l’amélioration de la notation de l’étiquette énergétique. Si vous vous demandez comment chauffer sa maison sans se ruiner, changer son système de chauffage est un premier pas qui permet de réaliser d’importantes économies sur sa facture. Notamment si on opte pour un système moins polluant comme le bois, le solaire ou encore les pompes à chaleur. Pour en savoir plus sur quel chauffage écologique et économique choisir ou pourquoi remplacer sa chaudière au fioul par un chauffage plus performant, n’hésitez pas à consulter notre article dédié.

S’assurer d’une bonne ventilation au sein du logement

Enfin, pour être certain de ne plus habiter dans une passoire thermique, s’assurer d’une bonne ventilation est essentiel. Pourquoi la bonne ventilation d’une maison est indispensable vous demandez-vous ? La raison est simple : en plus de contribuer au renouvellement de l’air et donc de participer à la constitution d’un cadre de vie sain, elle joue un rôle important dans la bonne isolation d’un logement. Un VMC à double flux filtre, par exemple, l’air extérieur et le réchauffe avant de le laisser pénétrer dans la maison. Ainsi, il favorise le maintien d’une température agréable malgré les aléas climatiques.

temperature
globe

Que dit la loi pour un logement énergivore ?

2 obligations

La loi climat de 2015 va plus loin dans la lutte contre les logements énergivores en interdisant d’ici 2025 l’interdiction pour un propriétaire de mettre en location un logement considéré comme tel. Et dès 2022, il sera également interdit pour les propriétaires d’augmenter le loyer d’une passoire thermique.

Les propriétaires de logements énergivores ont donc tout intérêt à anticiper cette prochaine interdiction, et à entamer les travaux nécessaires pour garantir d’ici 2025 un niveau de décence énergétique suffisants pour leurs locataires.